Jesus le Fils de Dieu

Jesus le Fils de Dieu

Ne nous décourageons pas face à l'épreuve


Ne nous décourageons pas face à l'épreuve

Il y a plusieurs sortes d'épreuves. Intéressons-nous ici à notre comportement face à l'épreuve.

Jean 15/20 : " Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite (dit Jésus à ses disciples) : Le serviteur n'est pas plus grand que son maître. S'ils m'ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; (s'ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre)."

Déjà Dieu nous prévient et nous encourage.

Jean 16/33 : " Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde ; mais prenez courage, j'ai vaincu le monde."

 

Il est vrai que la tribulation, ou l'épreuve fait penser à un châtiment.

Apoc. 3/19a : " Moi (dit le Seigneur), je reprends et je châtie tous ceux que j'aime. ".. (en version Parole vivante : " Ceux que j'aime, je les reprends et je les éduque sévèrement."..) .

La tribulation est souvent causée par des interventions extérieures, le monde, notre chair qui réagit, Satan, mais il arrive que le Seigneur nous reprenne pour nous corriger. Quoiqu'il en soit, dans tous les cas, Dieu, souverain, permet l'épreuve (Cf. Job 1/ 6-12 ; 2/ 1-7). Cela peut sembler surprenant pour un Dieu d'Amour mais l'Amour n'exclut pas le châtiment, c'est Biblique.

Proverbes 13/24 : " Qui refuse de châtier son fils ne l'aime pas;

                                 celui qui l'aime le corrigera de bonne heure."  (version la Bible du Semeur).¹

 

¹ L'auteur ici ne fait que citer la Bible, la Parole de Dieu, Celui qui nous a créé.

 

et citons aussi ce passage, sur un thème qui revient souvent dans ce Livre des Proverbes : Prov. 10/17 : " Celui qui se souvient de la correction prend le chemin de la vie,

Mais celui qui oublie la réprimande s'égare."

 

et  Proverbes 13/18 (en version Bible en Français courant) : " Celui qui refuse d'être éduqué sera pauvre et méprisé, mais qui tient compte des critiques sera honoré."

Hébreux 12/ 6-12  nous déclare :"  Car le Seigneur châtie celui qu'il aime,

                                                            Et il frappe de la verge tous ceux qu'il reconnaît pour ses fils.

Supportez le châtiment : c'est comme des fils que Dieu vous traite ; car quel est le fils qu'un père ne châtie pas ? Mais si vous êtes exempts du châtiment auquel tous ont part, vous êtes donc des enfants illégitimes, et non des fils. D'ailleurs, puisque nos pères selon la chair nous ont châtiés, et que nous les avons respectés, ne devons-nous pas à bien plus forte raison nous soumettre au Père des esprits, pour avoir la vie ? Nos pères nous châtiaient pour peu de jours, comme ils le trouvaient bon ; mais Dieu nous châtie pour notre bien, afin que nous participions à sa sainteté. Il est vrai que tout châtiment semble d'abord un sujet de tristesse, et non de joie ; mais il produit plus tard pour ceux qui ont été ainsi exercés un fruit paisible de justice. "Fortifiez donc vos mains languissantes  Et vos genoux affaiblis".

 

Nous devons donc accepter l'épreuve mais bien souvent la souffrance peut nous sembler injuste.

Citons 1 Pierre 2/ 19-25 : " Car c'est une grâce de supporter des afflictions par motif de conscience envers Dieu, quand on souffre injustement. En effet, quelle gloire y a-t-il à supporter de mauvais traitements pour avoir commis des fautes ? Mais si vous supportez la souffrance lorsque vous faites ce qui est bien, c'est une grâce devant Dieu. Et c'est à cela que vous avez été appelés, parce que Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un exemple afin que vous suiviez ses traces,

Lui qui n'a point commis de péché,

Et dans la bouche duquel il ne s'est point trouvé de fraude ;

lui qui, injurié, ne rendait point d'injures, maltraité ne faisait point de menaces, mais s'en remettait à celui qui juge justement ; lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice ; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris. Car vous étiez comme des brebis errantes. Mais maintenant vous êtes retournés vers le berger et le gardien de vos âmes."

 

Mais quels sont les résultats que produit en nous l'épreuve ?

Voici ce qu'en dit l'Écriture : Jacques 1/ 2-4 (version Parole Vivante) : " Mes frères réjouissez-vous (sic) ! Lorsque vous passez par toutes sortes d'épreuves ou de tentations, estimez-vous heureux : elles sont pour vous l'occasion d'accéder à la joie parfaite. Vous savez bien que si votre foi est mise à l'épreuve et si elle tient bon, elle développera votre endurance. Mais pour que vous parveniez à une pleine maturité spirituelle, il faut que l'épreuve achève son œuvre sans que votre constance se relâche, que votre patience se manifeste dans toute votre conduite et s'accompagne d'actes parfaits. Ainsi vous serez pleins de force et vous parviendrez au but : vous deviendrez irréprochables, et il ne vous manquera rien."  à titre d'information voici la version habituellement plus classique version Segond :" Mes frères regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l'épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien."

également Jacques 1/12 (version Parole Vivante) : " Heureux celui qui tient bon dans l'épreuve et la supporte patiemment, car une fois qu'il aura fait ses preuves, sa couronne de vainqueur sera la vie éternelle promise par  Dieu à ceux qui l'aiment."

Et voici ce que déclare Paul aux fidèles de l'Église de Corinthe sur l'épreuve : 2 Corinthiens 12/ 7-10 (version Segond) " Et pour que je ne sois pas enflé d'orgueil  (il nous explique), à cause de l'excellence de ces révélations, il m'a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m'empêcher de m'enorgueillir. Trois fois j'ai prié le Seigneur de l'éloigner de moi, et il m'a dit : Ma grâce te suffit, car ma puissance s'accomplit dans la faiblesse (dans la faiblesse de son être et non pas dans le manque de résistance devant les tentations). Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi. C'est pourquoi je me plais dans les faiblesses (se comporter d'une façon jugée faible, en général, par les gens), dans les outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les détresses, pour Christ (Cf. 1 Pierre 2/ 19-25 cité plus haut) ; car, quand je suis faible, c'est alors que je suis fort."

 

Nous pouvons, par ces lignes, être suffisamment renseignés sur la valeur de l'épreuve pour l'homme (et la femme).

Mais, en conclusion, rappelons cependant que l'Éternel ne se complaît pas à envoyer, ou à permettre, ou à assister aux épreuves qui atteignent l'homme car :

Lam. 3/ 31-33 : " Car le Seigneur

                              Ne rejette pas à toujours.

                              Mais, lorsqu'il afflige,

                              Il a compassion selon sa grande miséricorde ;

                              Car ce n'est pas volontiers qu'il humilie

                              Et qu'il afflige les enfants des hommes."

           Et nous devons nous en remettre à la prière, supplier Dieu de nous sortir de là car :

Lamentations 3/25 : " L'Éternel a de la bonté pour qui espère en lui,

                                       Pour l'âme qui le cherche."

et

Lam. 3/26 : " Il est bon d'attendre en silence

                       Le secours de l'Éternel."

 

Les versets cités ici ne sont qu'une partie de ceux qui pourraient traiter le sujet, mais, pour complément, il serait peut-être utile de lire aussi l'article sur le renoncement à soi-même intitulé : "Porter sa Croix".

 

Que Dieu nous bénisse.


30/07/2015
0 Poster un commentaire