Jesus le Fils de Dieu

Jesus le Fils de Dieu

Que signifie être sauvé ? (1ère partie)


Que signifie être sauvé ? (1ère partie)

-- Que signifie être sauvé ?

-- Sauvé de quoi ?

 

Lorsqu'un homme ou une femme tombe malade, sur un lit d'hôpital, par exemple, et que le médecin,  par les soins qu'il lui administre, le relève, le guérit, on a coutume de dire que cet homme, cette femme sont sauvés.

Lorsqu'un désespéré est à l'eau et que quelqu'un l'en tire, cet homme ou cette femme sont sauvés, etc..

Être sauvé ce serait donc passer d'une situation dramatique à une situation de confort que nous appellerons "normale".

 

-- Sauvé par qui d'abord ?

Jésus-Christ a paru pour sauver le monde, du moins ceux qui croiraient en Lui. Et la réponse se tient déjà dans ces merveilleux versets de l'Évangile de Jean (l'apôtre) : Jean 3/ 16-17 : " Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle. Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui."

 

Du reste "Jésus" signifie "Sauveur" (Luc 1/31 ; 2/11).

 

Quoi,  nous avons besoin d'un Sauveur ?

Nous vivons, nous mourons, après où allons-nous ? ...et d'où venons-nous ? ?

S'il est vrai que la naissance de l'homme est due à l'homme (au sens général), alors par la filiation on ne peut que remonter à nos ancêtres Adam et Ève (Actes 17/26 : " Il (Dieu) a fait que tous les hommes, sortis d'un seul sang, habitent sur toute la surface de la terre, ayant déterminé la durée des temps et les bornes de leur demeure ; "..).

Là deux théories s'affrontent, nous le savons.

Ceux qui prétendent que l'homme "s'est fait tout seul" et est l'aboutissement de toute une chaîne, depuis la cellule : ce sont les tenants de l'évolutionnisme.

Et ceux qui pensent que chaque forme de vie est le produit d'un Créateur, c'est la théorie du créationnisme. 

 

Certes les partisans de la théorie de Darwin dite de "l'évolution" trouvent leur appui principal dans l'exemple de la phrygane, larve d'insecte qui vit dans les eaux et dont les génomes sont "taillés"  pour se construire une carapace de petits débris de pierres afin de protéger cette larve des poissons prédateurs. Ces larves se fabriquent elles-mêmes une maison. Et pour le "Darwinisme" la nature est intervenue pour répondre à un besoin. Nécessité fait loi pour eux et "l'évolution" a pourvu à ce besoin.

Autrement dit, s'il y a adaptation, il y a eu sélection naturelle, donc variations héréditaires du comportement, donc gènes pilotant ce comportement : On a là l'essence même de la théorie synthétique de l'évolution. 

 

Mais nous estimons, au contraire, qu'il y a, en action, toute une intelligence de Dieu qui a merveilleusement prévu la protection de cette petite larve pendant le temps de sa croissance.

Écoutons l'avis de scientifiques qui ne partagent pas le même sentiment que Darwin et ses partisans (il y en a !) :

Dans la théorie de Darwin, argumentent ces scientifiques, c'est laisser une trop grande place à la nature sans tenir compte de la faculté intelligente d'adaptation que peut avoir chaque forme, animale et humaine, faculté que Dieu a donné à chacune des formes de vie qu'il a créées (comme l'intelligence créatrice, de survie, l'instinct de conservation etc.)

Pour démontrer cette assertion je voudrais prendre un exemple, grotesque certes, mais qui, je pense, illustre bien ce qui oppose le "créationnisme" à la "théorie de l'évolution" (rappelons, en effet, que pour les tenants de la théorie de l'évolution tout s'est fait tout seul petit à petit : de la cellule à l'homo sapiens, jusqu'à nos jours par l'intervention naturelle, par adaptation).

Voici mon exemple : nous n'ignorons pas que chacune de nos chaussures sont adaptées, l'une à notre pied gauche, l'autre à notre pied droit. Supposons donc qu'un soir, dans l'obscurité, je commette une erreur et que je chausse ma pantoufle droite à mon pied gauche et la gauche à mon pied droit. Deux solutions, alors, s'offrent à moi :

-- Soit j'attends patiemment le cours des siècles pour que chacun de mes pieds s'adaptent (grâce à l'aide de mes gènes) à chacune de mes chaussures..

-- Ou bien, grâce à l'aide de mon intelligence, de mon cerveau, je décide de chausser chacune de mes pantoufles au bon pied.

J'avoue que, sans hésiter, je choisis cette seconde solution.

Je suppose qu'il y en a encore qui me diront que le cerveau s'est créé tout seul par dame nature pour pallier à ce genre d'inconvénient, ou que l'homme a son instinct etc..

Mais alors qui peut prévoir le genre d'incident qui peut se présenter à tout venant ? Donc l'adaptation "naturelle" pourrait tout prévoir à l'avance ? Et par évolution l'homme peut tout surmonter ?

Ce serait placer dame nature sur un piédestal un peu élevé.

La théorie de l'évolution ne laisse aucune place à l'intelligence créatrice de l'homme puisqu'il est censé réagir selon sa nature, comme un animal. Être un animal, l'animal ne connaît pas Dieu, justement..

On reconnaît l'arbre à ses fruits dira Jésus (Matthieu 7/ 16-20), je pense que tout le monde sera d'accord là-dessus. Et bien nous voyons bien que la théorie de l'évolution est un triste constat lorsqu'on considère l'état dans lequel la création entière est plongée maintenant. Cela c'est le monde sans Dieu.

Dans le monde qui admet Dieu, Son Créateur, nous pouvons ouvrir la Bible dans le Livre de la Genèse au Chapitre premier et au verset 11 (Gen. 1/11) : " Puis Dieu dit : Que la terre produise de la verdure, de l'herbe portant de la semence, des arbres fruitiers donnant du fruit selon leur espèce et ayant en eux leur semence sur la terre. Et cela fut ainsi."

Puis consultons  Genèse 1/ 29-30 : " Et Dieu dit (à l'homme) : Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d'arbre et portant de la semence :  ce sera votre nourriture. Et à tout animal de la terre, à tout oiseau du ciel, et à tout ce qui se meut sur la terre, ayant en soi un souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. Et cela fut ainsi."

On constate que mon Dieu avait tout préparé par avance, avant la  venue du monde animal et de l'homme, pour leur accorder leur nourriture, leur subsistance.

Mais on peut me rétorquer que cela c'est le hasard. Et que l'homme n'aurait été qu'exclusivement carnivore au départ.

Fort bien ! Et si l'on remontait la chaîne alimentaire, de quoi se seraient alors nourris les animaux ? Uniquement par prédation ? Cela ne tient pas scientifiquement. Il fallait l'existence d'un monde végétal pour qu'il y ait des animaux . Alors l'herbe se serait faite toute seule ? Comment ? par quelle semence ?

Cela nous fait beaucoup de questions..

On pourra toujours nier le créationnisme, mais la théorie de l'évolution n'en est cependant encore qu'au stade de l'hypothèse et l'on en est, d'autre part, toujours à la recherche du chaînon manquant.

 

Si nous acceptons ce que nous déclare la Bible : à savoir que Dieu créa l'homme (différent de l'animal) et qu'Il lui insuffla un souffle de vie, on admettra que nous descendons tous d'Adam (le premier homme) lorsqu'il s'unit à Ève, la mère de la Création humaine.

Au départ Adam et Ève avaient été créés pour être immortels.

Mais ils ont chuté. Cela a été le résultat de la transgression du commandement de Dieu.

Il est, à ce stade, intéressant de noter le commentaire du Révérend Père Dewailly, propos recueillis dans la Bible de Jérusalem, à propos des  versets 16 et 17 du chapitre 2 du Livre de la Genèse (Gen. 2/ 16-17) : " Et Yahwé Dieu fit à l'homme ce commandement : Tu peux manger de tous les arbres du jardin. Mais de l'arbre de la connaissance du bien et du mal tu ne mangeras pas, car le jour où tu en mangeras, tu seras passible de mort."

Relevons ici le commentaire en question : "  La connaissance que Dieu se réserve n'est ni l'omniscience ni le discernement moral, mais la faculté de  décider ce qui est bien ou mal. En l'usurpant, l'homme renie son état de créature.." (et entre dans la rébellion).

 

Quant à nous, notre choix est de croire en un Dieu sauveur qui envoya Christ  (Jean 3/16, voir plus haut) mourir à notre place sur une Croix afin que ceux qui accepteraient de le suivre aient la Vie, la vie après la mort, dans le Paradis, l'Éden retrouvé auprès de Dieu et de Christ.

 

                                                 (à suivre)


10/10/2015
0 Poster un commentaire