Jesus le Fils de Dieu

Jesus le Fils de Dieu

Suis-moi, et laisse les morts ensevelir leur morts


"Suis-moi, et laisse les morts ensevelir leurs morts"

 Ou, selon la traduction "le Semeur", : " Suis-moi et laisse à ceux qui sont morts le soin d'enterrer leurs morts." (Matthieu 8/22b).

 

En fait, en Judée, à l'époque de Jésus, il y avait au moins deux sens à l'expression : "enterrer un mort". Lorsque le disciple, en Matthieu 8/21, demande à Jésus la permission d'enterrer son père avant de suivre le Maître, cela signifie :

  -- Soit qu'il devait rester pour donner des soins aux parents jusqu'à leur mort (cela pouvait durer des années).

   -- Soit rester jusqu'à la cérémonie qui avait lieu un an après les funérailles.

C'était une pratique du judaïsme. (Source ITB).

 

Déjà il est clair, qu'en Matthieu 8/22, Jésus considère ceux qui ne le suivent pas, comme morts, n'ayant pas accès à la vraie Vie.

Exemples : Proverbes 9/18 Le Semeur : " Mais ils ne savent pas (ceux qui suivent la "Folie") que chez elle se rassemblent les morts et que ses invités sont déjà au séjour des morts.",

et aussi, dans la parabole de Jésus sur le fils perdu, lorsque ce dernier revient à la maison de son père, : " Amenez le veau gras, et tuez-le. Mangeons et réjouissons-nous ; car mon fils que voici était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.".. (Luc 15/ 23-24a).

 

On voit donc bien, par là, qu'être mort, selon la Parole du Seigneur, c'est s'éloigner de Dieu, ne pas suivre et pratiquer ses enseignements, en un mot ne pas vivre Sa Parole et, de fait, un tel comportement conduit inévitablement à la mort spirituelle ce qui ne veut pas dire que l'âme mourra, mais qu'elle connaîtra alors les affres de la séparation d'avec Dieu, l'enfer, soit : la mort spirituelle.

Jésus, ici, demande donc à son disciple non pas de ne pas enterrer son père comme on le pratique selon notre coutume, mais de ne pas "l'enterrer" à la manière judaïque d'alors (voir plus haut). Ceux qui agissaient ainsi pratiquaient une discipline rigoureuse qui ne leur permettait pas de s'ouvrir facilement à l'Évangile : "laisse les morts enterrer leurs morts".

Autrement dit : "laisse à ceux qui sont morts spirituellement le soin de vivre comme leurs semblables, mais toi (après avoir participé à la cérémonie d'ensevelissement de ton père) viens avec moi sur le chemin de la vie".

 

La vie :   Jean 14/6 : Jésus lui dit : " Je suis le chemin (c'est à dire la seule voie), la vérité (Celui qui est Véritable), et la vie." Et il conclut : "Nul ne vient au Père que par moi."

Pour aller au Ciel il faut suivre Jésus, pratiquer Sa Parole, et ainsi avoir la vie par elle. On pourrait résumer cette parole ainsi : "C'est le seul moyen, en passant par Jésus, de venir au Père Céleste",  le Père de toutes bénédictions (Éphésiens 1/3). Ne perdons pas notre temps en vaines futilités qui nous dispersent, au risque de nous égarer.

Si le monde passe son temps à "enterrer les morts", nous, restons du côté de celui qui est Vivant.

 

Lorsque les femmes qui accompagnaient Jésus allèrent à son tombeau pour lui mettre des aromates elles virent deux anges qui leur dirent : Luc 24/5 : " Saisies de frayeur, elles baissèrent leurs visages contre terre ; mais ils leur dirent : Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant ?"

Il n'était pas possible que Christ soit retenu par la mort.

Il est le Vivant.

Actes 2/24 : " Dieu l'a ressuscité, en le délivrant des liens de la mort, parce qu'il n'était pas possible qu'il soit retenu par elle."

 

Regarder du côté de Celui qui est vivant, c'est tourner sa face, aller vers Celui qui nous conduit à la vie

Éphésiens 2/1 à 6 : " Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés, dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air (le diable), de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion. Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère (c. a. d. appelés à subir la Colère à venir), comme les autres... Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus vivants avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés) ; il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ,"..

 

Christ est la vie, nous sommes assurés, pourvu que nous respections ses commandements, d'être un jour avec Lui et non pas séparés de Dieu à jamais comme tous ceux qui n'auront pas cru en Lui : Marc 16/ 15-16 : " Puis il (Christ) leur dit (juste avant de monter au Ciel) : Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné."

 

C'est ainsi que la Bible parle,  Dieu n'est pas au sommet d'une montagne dont les côtés constituent toutes les différentes religions :

1 Jean 4/ 1-3 Traduction "Bible en Français courant": " Mes chers amis, ne croyez pas tous ceux qui prétendent avoir l'Esprit, mais mettez-les à l'épreuve pour vérifier si l'esprit qu'ils ont vient de Dieu. En effet, de nombreux faux prophètes se sont répandus dans le monde. Voici comment vous pouvez savoir s'il s'agit de l'Esprit de Dieu : quiconque reconnaît que Jésus-Christ est réellement devenu homme a l'Esprit de Dieu. Mais quiconque refuse de reconnaître Jésus en tant que tel n'a pas l'Esprit de Dieu, mais celui de l'Adversaire du Christ (Antéchrist ou anti-Christ) : vous avez appris que celui-ci allait venir et, maintenant, il est déjà dans le monde."     

 

  

 

    

 

 


15/10/2014
6 Poster un commentaire