Jesus le Fils de Dieu

Jesus le Fils de Dieu

la lettre a l'Église de Philadelphie 1/4

  images.jpg  Les sept  Églises de l'Apocalypse
leur caractère , leurs manquements

 

 

                                                           La lettre à l'Église de Philadelphie  (1/4)

 

 

 

Apocalypse 3/ 7-13   :  7 " Écris à l'ange de l'Église de Philadelphie : Voici ce que dit le Saint, le Véritable, celui qui a la clé de David, celui qui ouvre, et personne ne fermera, celui qui ferme, et personne n'ouvrira :

8 Je connais tes œuvres. Voici, parce que tu as peu de puissance, que tu as gardé ma parole, et que tu n'as pas renié mon nom, j'ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer. 9 Voici, je te donne quelques-uns de ceux de la synagogue de Satan, qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui mentent ; voici, je les ferai venir se prosterner à tes pieds, et reconnaître que je t'ai aimé. 10 Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l'heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre. 11 Je viens bientôt. Retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne.

12 Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n'en sortira plus ; j'écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d'auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau.

13 Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises."

 

 

 Philadelphie :

 

Cité fondée par Attalos II vers 150 av. J.C, Philadelphie* ("Amour Fraternel"), doit son nom à l'affection peu commune qui lia ce monarque à son frère (à titre de comparaison, cf. 1 Samuel 18/ 1-4).

 

* de Philadelphos, surnom donné à Attalos II.

 

"Située près du croisement des frontières de la Lydie, de la Mysie et de la Phrygie (Asie Mineure), elle  commandait aussi l'une des principales routes transcontinentales de l'époque, celle qui reliait l'Europe à l'Orient. C'était une ville fondée dans un but délibérément missionnaire. Au-delà de Philadelphie, on débouchait sur les régions sauvages de la Phrygie avec ses tribus barbares" (source A. Kuen).

Si Sardes, sa voisine, avait réussi à "helléniser" la Lydie, dont elle avait été la capitale, par contre Philadelphie ne réussit pas à insuffler la culture grecque à ses voisins Phrygiens.

Tirant ses ressources de l'agriculture et surtout de ses vignobles situés à flanc de coteau, elle fut sujette à de fréquents tremblements de terre dont le plus violent la détruisit en l'an 17 de notre ère, en même temps que la ville de Sardes (voir à cette Église). Pareillement à cette dernière ce fut l'empereur romain Tibère qui la reconstruisit. Rebaptisée Néocésarée en l'honneur de son bienfaiteur, puis devenue Flavia sous le règne de Vespasien (Titus Flavius)¹ , elle retrouva plus tard son premier nom. Elle est aujourd'hui la ville turque de Ala-Sheher.

 

¹ Ce fut son fils, se nommant aussi Titus, qui détruisit Jérusalem en 70.

 

Surnommée "la petite Athènes" en raison de ses nombreux temples, Philadelphie vouait aussi un culte au dieu Janus, divinité à deux faces et "gardien" des portes (nous y reviendrons).

 

"Un témoignage chrétien se serait maintenu longtemps dans cette ville pendant le moyen-âge, et jusqu'aux temps modernes" (source G. Aellig)

 

 

 

Celui qui parle : Jésus ici, nous savons que c'est Lui (voir aux précédentes lettres aux Églises), se présente comme :

7b : " .. Voici ce que dit le Saint, le Véritable.."

 

Le Saint

 

Jésus est le Saint de Dieu :

" Car l'Éternel est notre bouclier,

  Le saint d'Israël est notre roi."

(Psaumes 89/19).

" Qu'y a-t-il entre nous et toi, Jésus de Nazareth ?.. Je sais qui tu es : le Saint de Dieu." (Marc 1/24).

" L'ange lui répondit : Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C'est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu." (Luc 1/35).

 

" Vous avez renié le Saint et le Juste, et vous avez demandé qu'on vous accorde la grâce d'un meurtrier." (Actes 3/14).

 

"Jésus est Saint, parce qu'il est de la même nature que le Père" (source koina. Christian Ohlott). Jean 10/30 ; Jean 1/ 1-2 .

 

" Soyez saints, car je suis saint, moi, l'Éternel, votre Dieu."  (Lévitique 19/2b).

 

" Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père." (Jean 1/14).

 

"Simon Pierre lui répondit : Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. et nous avons cru et nous avons connu que tu es le Christ, le Saint de Dieu." (Jean 6/ 68-69).

 

Ainsi, comme nous l'avons déjà remarqué, Christ se présente sous différentes facettes en corrélation avec les différentes Églises auxquelles il s'adresse. Ici nous avons affaire à une Église qui est sainte, et donc le Seigneur se présente comme le Saint, comme le Véritable, Celui qui se révèle à une Église qui marche vraiment dans la Vérité (" J'ai été fort réjoui de trouver quelques-uns de tes enfants qui marchent dans la vérité, selon le commandement que nous avons reçu du Père." 2 Jean 4).

 

Le Véritable :

Jésus-Christ est le Véritable parce qu'Il est le chemin, la vérité, et la Vie : " Vous savez où je vais, et vous en savez le chemin.

Thomas lui dit : Seigneur, nous ne savons où tu vas ; comment pouvons-nous en savoir le chemin ? Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi." Jean 14/ 4-6).

Il est donc le vrai chemin qui mène à Dieu (le Père). Mais Il est Lui-même Dieu, la Parole faite chair (Jean 1/14 : voir plus haut) et Il était au commencement avec Dieu : " Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu." (Jean 1/ 1-2). Et de plus : " Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle (la Parole) a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu." (Jean 1/ 12-13).

Par conséquent Christ est le seul à pouvoir faire de nous des enfants de Dieu. Et si le Père suscite les enfants de Dieu : " Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m'a envoyé ne l'attire ;".. (Jean 6/44a), Jésus-Christ les conduit au Père : " Or, la volonté de celui qui m'a envoyé, c'est que je ne perde aucun de tous ceux qu'il m'a donnés mais que je les ressuscite au dernier jour." (Jean 6/39).

En cela Christ est le Véritable (et le Bon Berger).

 

 

  

 

 

  

 

  

 

    

 



19/01/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 40 autres membres