Jesus le Fils de Dieu

Jesus le Fils de Dieu

La lettre à l'Église de Sardes (1/4)

images.jpg  Les sept Églises de l'Apocalypse

leur caractère, leurs manquements.

 

 

                                                          La lettre à l'Église de Sardes  (1/4)

 

 

 

  Apocalypse 3/ 1-6 : " Ecris à l'ange de l'Église de Sardes : Voici ce que dit celui qui a les sept esprits de Dieu et les sept étoiles : Je connais tes œuvres. Je sais que tu passes pour être vivant , et tu es mort. 2 Sois vigilant, et affermis le reste qui est près de mourir ; car je n'ai pas trouvé tes œuvres parfaites devant mon Dieu. 3 Rappelle-toi donc comment tu as reçu et entendu la parole, garde-la et repens-toi. Si tu ne veilles pas, je viendrai comme un voleur, et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai te surprendre.  Cependant, tu as à Sardes quelques hommes qui n'ont pas souillé leurs vêtements, ils marcheront avec moi en vêtements blancs, parce qu'ils en sont dignes.

5 Celui qui vaincra sera ainsi revêtu de vêtements blancs ; je n'effacerai point son nom du livre de vie, et je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges. 6 Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises."

 

 

 

Après avoir étudié les lettres aux Églises situées respectivement à Éphèse, Smyrne, Pergame, et Thyatire, nous continuons ici par l'Église qui est à Sardes puis nous poursuivrons ensuite par celle de Philadelphie.

 

 

La cité de Sardes :

 

La province romaine d'Asie (qui est connue en fait maintenant sous le nom d'Asie Mineure où se situe l'actuelle Turquie) était desservie par un réseau routier qui permettait à ces cités de faire prospérer leur commerce.

Si nous voulions gagner ces villes l'une après l'autre nous aurions pu emprunter une route dont le parcours aurait eu, à peu près, la forme d'une couronne. En partant, dans l'ordre, de la cité d'Éphèse et remontant vers le Nord, en longeant la côte Ouest, nous aurions pu atteindre Smyrne, puis poursuivre jusqu'à Pergame au Nord. Pour continuer et nous rendre ensuite à Thyatire, il nous aurait fallu, toujours en empruntant la route, effectuer un quasi demi-tour en direction du Sud. Puis, pour rejoindre la ville de Sardes, ensuite Philadelphie et enfin Laodicée, il nous aurait suffi de descendre toujours plus vers le Sud. Alors, pour revenir au point de départ et rejoindre Éphèse, il ne restait plus qu'à accomplir la boucle Sud et remonter vers le Nord.

 

Sardes ("ceux qui échappent" ou "rénovation") située vis-à-vis de Smyrne, mais dans les terres, était construite sur une acropole naturelle (voir à Église de Pergame 1/4) de 350 mètres d'altitude. Fondée vers 1200 av. J-C, elle figure dans la mythologie grecque. Ésope, fabuliste grec légendaire dont s'est inspiré La Fontaine, en aurait été natif. De plus elle était construite sur les bords de la rivière Pactole (nom qui signifie en Français : source de richesse), rivière dont on disait qu'elle contenait de l'or. Sardes a été la capitale de l'ancien royaume de Lydie dont le dernier roi fut Crésus de 560 ? à 546 av. J-C ("riche comme Crésus").

Malgré sa position réputée imprenable elle fut la proie, par deux fois, d'envahisseurs.

Passée sous l'autorité romaine en 190 av. J-C, elle fut détruite par un tremblement de terre lors du premier siècle de notre ère, en 17 après J-C (source G.Aellig). Reconstruite grâce aux subsides de l'empereur Tibère (successeur d'Auguste de 14 à 37), Sardes conserva néanmoins de nombreuses ruines.

Cette cité était renommée pour son industrie textile. On y fabriquait notamment des vêtements de laine teinte.

Mais la ville était également connue pour sa débauche (source koina) et, d'après A.Kuen, la vie dissolue de cette cité était devenue proverbiale.

La sardoine, pierre précieuse d'un rouge sombre, doit son nom à la ville de Sardes.

Aujourd'hui on y trouve les vestiges d'un temple de Zeus qui, semble-t-il, fut édifié sur le fondement du palais de Crésus. Comme Éphèse (voir à cette ville), Sardes possédait un vaste temple d'Artémis et il est possible d'admirer, aujourd'hui encore, à l'extérieur de ce temple, au pied de deux colonnes, les murs bien conservés d'une petite église byzantine datant du 3ème ou 4ème siècle (G.Aellig).

 

 

Apoc. 3/1b : "Voici ce que dit celui qui a les sept esprits de Dieu et les sept étoiles"

 

Les sept esprits de Dieu

"Évoque la plénitude du Saint-Esprit" (d'après une note de John MacArthur) :

Zacharie 4/ 2,6,10b : " Il me dit : Que vois-tu ? Je répondis : Je regarde, et voici, il y a un chandelier tout en or, surmonté d'un vase, et portant sept lampes, avec sept conduits pour les lampes qui sont au sommet du chandelier,".. 6 " Alors il reprit et me dit : C'est ici la parole que l'Éternel adresse à Zorobabel : Ce n'est ni par la puissance ni par la force, mais c'est par mon Esprit, dit l'Éternel des armées." .. 10b .." Ces sept sont les yeux de l'Éternel qui parcourent toute la terre."

Les sept étoiles

Ce sont les anges des sept Églises (voir à Église d'Éphèse 1/4).

 

Sept étant le chiffre de la plénitude Divine on peut donc dire que Dieu voit tout (sept esprits) et contrôle tout (sept étoiles). Rien ne lui échappe.

 

... 



29/12/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 40 autres membres