Jesus le Fils de Dieu

Jesus le Fils de Dieu

La mort à soi-même première condition de la vie chrétienne authentique

Auteur inconnu

 

Quand tes désirs et tes opinions seront ridiculisés, quand on t'oubliera, te négligera, se moquera de toi, on t'insultera même ; quand tu seras calomnié pour avoir fait du bien, si, conscient de tout, tu ne ressens aucune amertume, ou sentiment de vengeance, si ton cœur reste humble et heureux de ce que le Seigneur (à qui tu dois ton salut), a Lui-même subi avant toi, c'est cela mourir  (1 Corinthiens 4/ 12-13  ; Matthieu 5/11).

 

 

 

 

Si, face au désordre, aux injustices ou illégalités, aux retards et aux ennuis qui en découlent, si devant le gaspillage, l'indifférence, l'extravagance, pleinement conscient, tu peux , comme Jésus, être coopérant avec amour et patience, c'est cela mourir à soi-même (Jean 3/17 ; Jacques 3/ 17-18 ; 1 Pierre 2/ 21-23).

 

Si tu n'as plus envie de protester au sujet des repas, des offrandes, des vêtements, d'un climat, d'un milieu social ou de la solitude, ou même lorsqu'on te dérange au milieu de la nuit, sachant que tout est sous le contrôle de Dieu, c'est cela mourir à soi-même (1 Corinthiens 4/ 11-12 ; Philippiens 4/11 ; 1 Timothée 6/6).

 

Si tu ne cherches plus à montrer de la supériorité dans les prédications, dans les conversations et les autres domaines de la vie, si tu ne cherches plus à mentionner tes bonnes œuvres et à recevoir des compliments, si tu peux rester effacé et aimer cependant, c'est cela mourir à soi-même (Romains 16/18 ; 1 Pierre 5/ 5-8).

 

Si tu peux te réjouir du bonheur des autres, voir un frère ou une sœur réussir et être comblé ; si tu te réjouis avec lui ou avec elle en toute sincérité, sans leur porter la moindre envie ; si dans une situation où tes besoins sont plus grands et plus urgents que les leurs, tu te sens poussé à louer le Seigneur pour le bien qu'il leur a accordé, c'est cela mourir à soi-même (1 Corinthiens 13/4).

 

Si tu considères volontiers ton prochain supérieur à toi même ; si l'image de Dieu qui est en lui t'inspire à l'aimer, si ses éventuels défauts ou divergences ne diminuent pas ton estime pour lui, et que tu le lui montres en toute occasions, c'est cela mourir à soi-même (Philippiens 2/ 3-4).

 

Si tu as réalisé que tout ce que tu as ne t'appartient pas et que tu n'en es que le gérant (ta vie y compris) ; que la " perle "  en ta possession ne t'a coûté que ce que tu as ; si tu es conscient qu'à tout moment le Seigneur souverain peut te demander tout ou partie de ce qui est Sien, si tu es heureux de ce qu'il en soit ainsi, c'est cela mourir à soi-même (Job 1/ 20-22 ; 2/ 10).

 

Si tes activités sont toutes dans l'intérêt direct ou indirect du royaume de Dieu ; si plus rien de charnel ne vient à te voler le temps qui Lui appartient, si les passions, les attractions du monde n'ont plus d'effet sur toi, c'est cela mourir à soi-même (Galates 5/ 24-25).

 

Si tu as compris que, sur toute la terre, la justice de Dieu est la seule vérité ; si désormais ta seule raison de vivre est de la faire connaître à toute l' Humanité, c'est cela mourir à soi-même et être propre au royaume de Dieu (Colossiens 3/ 1-2 ; Matthieu 6/33).

 

Au service de Dieu

Quand tu entendras un frère donner des messages plus profonds et plus édifiants que les tiens ; que tu remarqueras que l'auditoire lui témoigne plus de reconnaissance et d'affection qu'à toi ; si tu entends des plaintes et des critiques contre toi ; si tu aimes tes frères et ce serviteur toujours autant et si, en le remerciant avec une sincérité totale, tu es heureux de son efficacité, c'est cela mourir à soi-même (Jean 3/ 27-31).

 

Si à juste raison, quelqu'un qui t'est inférieur t'adresse un reproche ou une réprimande ; si tu te soumets sans difficulté et sans chercher à te défendre, si, sans hypocrisie et sans dissimulation tu avoues ta faute et s'il y a lieu tu demandes pardon, c'est cela être mort à soi-même (1 Timothée 5/20).

 

Quand on t'obligera à renoncer à de légitimes projets et que cela te cause des frais, te prive de tes droits ;  si tu as prêté de l'argent et qu'on ne veut pas te le rendre, si, dans cette situation, aucun jugement ne traverse ta pensée, ta paix intérieure et tes relations avec ces gens ne sont ni rompues ni perturbées, c'est cela mourir à soi-même (Matthieu 5/ 39-40).

 

Si tu es prompt à donner judicieusement ton temps, tes biens, tes énergies, ton argent, sachant que les bénéficiaires ne sont pas du tout reconnaissants ; si tu n'attends en retour que ce que le Seigneur, qui voit tout, veut bien t'accorder, c'est cela mourir à soi-même (Actes 10/35 ; 2 Corinthiens 11/ 9b-10).

 

Quand ton meilleur ami te trahira et que ta femme ou ton mari te quitte ; si tes enfants te traitent d'ingrat alors que tu t'es dévoué ; si cela ne t'empêche pas de les aimer et si, sans hésiter, tu peux à tous, tout leur pardonner et supplier le Seigneur de les sauver, c'est cela mourir à soi-même (Matthieu 6/ 14-15).

 

Crois-tu être mort à toi-même ? Comment peut-on en être sûr ? demanderas-tu ... Les lignes qui précèdent ont été écrites pour te le montrer. Cependant, j'aimerais encore te dire : "  La mort c'est comme la traversée d'un torrent furieux " , si on a peur, c'est que la traversée est encore à faire. Mais si nous sommes morts, cette traversée est déjà accomplie, on ne peut plus la craindre. D'ailleurs la crainte est un signe de manque de confiance dans le Seigneur puisque .."l'amour parfait bannit la crainte"..(1 Jean 4/18). Si tu as compris que tu ne peux pas compter sur tes services, ni sur ton assiduité aux réunions, ni sur tes efforts pour être un bon chrétien, ou sur ton honnêteté dans les dîmes en général, si tu as compris que ce n'est pas en vertu de cela que le Seigneur t'accorde le salut, et qu'avec tout cela tu n'en es pas moins un serviteur inutile (Luc 17/10), c'est cela mourir à soi-même.

 

Si tu as compris que tes efforts pour cacher ton mépris à l'égard d'un frère, ou dissimuler ta mauvaise humeur derrière un sourire forcé, ou derrière une froide poignée de mains, si tu sais que tout cela aux yeux de Dieu n'est d'aucune valeur, c'est cela mourir à soi-même (1 Pierre 1/22 ; Jacques 3/14 ; Matthieu 23/28).

 

Lorsque dans ta communauté que tu dis être ta famille, des puissances sataniques s'acharnent sur  une victime et que l'Esprit-Saint qui est en toi te dis que tu possède les armes divines ; si tu ne te dérobes pas à cette interpellation, et que tu mets, s'il le faut, ta vie à disposition, sans essayer de te cacher derrière tes multiples occupations, c'est cela mourir à soi-même (Jean 15/13 ; 1 Jean 3/16).

 

Mourir à soi-même c'est accepter la mort de notre " identité charnelle " pour que notre identité spirituelle qui est en Christ puisse naître et se développer (Philippiens 3/ 20-21 ; 2 Pierre 1/4).

 

Seule cette identité héritera le Royaume de Dieu

 

Sans la mort à toi-même qui seule assure la résurrection, tout christianisme et toute vie chrétienne ne sont qu'une pure illusion : hâte-toi de mourir à toi-même pour avoir part à la résurrection (Apocalypse 7/14 ; Philippiens 3/ 10-11).

 

Terminons en rappelant que cet état de mort à soi-même, sur le plan humain, ne peut être atteint.

 

Cependant il faut qu'il devienne "l'objectif unique" vers lequel tendent tous ceux qui ont compris  que le Seigneur n'a que faire des simulateurs. Le mimétisme est la parodie satanique de la vie chrétienne

 

Que Dieu nous soit en aide !

 

 

 

 

 

 



08/04/2018
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres