Jesus le Fils de Dieu

Jesus le Fils de Dieu

Nous ne méritons rien

Lorsque nous traitons de l'œuvre de salut accomplie par Jésus-Christ sur la Croix et connaissons que, par Son Sacrifice, ceux qui l'ont accepté dans leur cœur sont sauvés de la mort éternelle : c'est à dire qu'ils connaîtront une vie nouvelle, éternelle, dans le Paradis, auprès de Dieu (Apocalypse 22/ 3-5 : " Il n'y aura plus d'anathème (ou malédiction). Le trône de Dieu et de l'Agneau sera dans la ville ; ses serviteurs le serviront et verront sa face, et son nom sera sur leur front. Il n'y aura plus de nuit ; et ils n'auront besoin ni de lampe ni de lumière, parce que le Seigneur Dieu les éclairera. Et ils régneront aux siècles des siècles."), nous devons réaliser que cette œuvre de salut est pure grâce.

En effet ce n'est point par nos mérites, ce n'est pas une quelconque œuvre de notre part qui nous fait obtenir ce salut.

Considérons alors deux points :

-- Non seulement nous ne méritons rien, c'est à dire que ce plan de salut de Dieu pour nous est destiné à des personnes qui ne le méritaient pas,

-- mais aussi que personne n'a été, ou n'est, ou ne sera capable de se sauver par ses propres moyens.

 

Nous ne méritons pas le salut :

À cause du péché d'Adam le premier homme, le péché, à la suite de la transgression de nos lointains parents est entré dans le monde et nous a tous touchés, tous atteints : Romains 5/12 : " C'est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu'ainsi la mort s'est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché "..

Car nous avons été "contaminés", nous avons tous péché :

Psaumes 14/ 1b à 3 : version Bible en Français courant (BFC)

" Ils sont stupides, ceux qui se disent que Dieu est sans pouvoir.

  Ces gens sont corrompus, ce qu'ils font est abominable,

  aucun d'eux n'agit comme il faut.

  Du haut du ciel, le Seigneur se penche pour observer les humains,

  pour voir s'il y  quelqu'un d'intelligent qui se tourne vers lui. 

 Tous ont quitté le bon chemin, tous sans exception sont corrompus.

 Aucun n'agit comme il faut, pas même un seul."

 

(Cela est le cas de toute personne avant de rencontrer Dieu).

 

Depuis l'origine des temps, tout homme ou toute femme, à cause de la transgression d'Adam et d'Ève est devenu pécheur. Et le péché, même le moindre, entraîne la mort ; le péché qu'il soit déclaré "véniel" ou "mortel" comme l'appellent certains, produit la mort car : Romains 6/23a : " Car le salaire du péché c'est la mort ; " mais Romains 6/23b : " mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur."

Gratuit implique qu'il est donné gratuitement, implique qu'il est donné sans échange, sans que l'homme n'ait rien à faire en contrepartie.

En effet que pouvons-nous apporter en échange ?

 

Christ est mort pour nous, alors que nous ne le méritions pas :

Romains 5/6 : version Parole Vivante (A. Kuen) : " En effet, lorsque nous étions encore empêtrés dans nos péchés, incapables de nous y aider nous-mêmes, trop faibles pour aimer Dieu ou lui apporter quoi que ce soit de valable, le Christ, au moment fixé par Dieu, est mort pour nous, c'est-à-dire pour des impies qui ne se souciaient pas de Dieu."

Ce texte de la version Parole Vivante qui rassemble les variantes de plus de 80 traductions "parle" de lui-même. Il fait voir, en effet, que rien ne fait ressortir que nous ayons mérité le salut.

 

En fait Christ s'est sacrifié, est mort pour nous alors que nous étions ses "ennemis", finalement, ses ennemis de par notre comportement :

Prenons Romains 5/ 7-8 : " A peine mourrait-on pour un juste ; quelqu'un peut-être mourrait pour un homme de bien. Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous."

 

Ce qui nous amène au point suivant :

Incapables de nous sauver nous-mêmes :

Déjà les textes précédemment cités précisaient que nous "étions sans force" (Romains 5/6 version L. Segond " Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies.").

 

Citons à nouveau Paul dans son Épître aux Éphésiens : Éphésiens 2/ 1-5 : " Vous étiez morts par (à cause de) vos offenses et  par vos péchés, dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion. Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres... Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus vivants avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés) ;"

 

Or la chair a des désirs contraires à ceux de l'Esprit (Galates 5/17) et la chair est trop faible. En effet selon Romains 8/ 6-8 : " Et l'affection ( ou : aimer) de la chair, c'est la mort, tandis que l'affection de l'Esprit, c'est la vie et la paix ; car l'affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu'elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu'elle ne le peut même pas. Or, ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu."

 

 

Ainsi on peut voir que nous étions morts et que, selon notre chair, nous ne pouvions nous sauver nous-mêmes et avant d'appartenir à Dieu, de l'accepter dans notre cœur nous ne pouvions bénéficier de Son Saint-Esprit.

Nous étions tous morts et incapables de nous sauver nous-mêmes.

Ce don de Dieu est donc gratuit sans conteste.

On ne peut rien apporter à Dieu, rien lui payer afin de sauver notre âme. Pas même par l'achat "d'indulgences"¹ comme l'Église officielle de l'époque a tenté de le faire admettre.

 

1 Indulgences : moyennant argent on croyait pouvoir acheter son entrée au Paradis.

 

C Mais il faut admettre que le fait d'être sauvé par un sacrifice est difficile à comprendre. Pour cela nous invitons nos lecteurs à se reporter sur l'article "L'homme et le péché" dans ce même blog.

Ainsi nous sommes sauvés par grâce, par le don gratuit de Dieu, grâce au sacrifice de Christ au Calvaire, c'est un cadeau divin !

 

Non, Dieu ne nous doit rien, mais au contraire, nous lui devons tout !

À nous d'entrer dans le merveilleux plan de Salut divin.

 

Hébreux 10/ 5-10 : " C'est pourquoi Christ, entrant dans le monde, dit :

Tu n'as voulu ni sacrifice ni offrande,

Mais tu m'as formé un corps ;

Tu n'as agréé ni holocaustes ni sacrifices pour le péché.

Alors j'ai dit : Voici, je viens

(Dans le rouleau du livre il est question de moi)²

Pour faire, ô Dieu, ta volonté.

Après avoir dit d'abord :

Tu n'as voulu et tu n'as agréé ni sacrifices ni offrandes,

Ni holocaustes ni sacrifices pour le péché

(ce qu'on offre selon la loi)­­­­­­­³, il dit ensuite :

Voici, je viens pour faire ta volonté.

Il supprime ainsi la première chose pour établir la seconde. C'est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l'offrande du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes."

 

² Extraits du Psaume 40.

"Dans le rouleau du Livre il est question de moi" : Rappelons-nous que, selon Luc 4/ 16-21, Jésus, devant ses auditeurs à Nazareth, se présente comme celui dont le prophète Ésaïe parle en Ésaïe 61.

 

­³ La loi mosaïque, de Moïse. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



16/08/2017
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 40 autres membres